La cohérence cardiaque : une histoire de coeur

J’ai personnellement découvert la cohérence cardiaque en lisant le livre de David Servan-Schreiber, «Guérir», il y a quelques années, et je l’utilise à chaque fois que j’ai besoin de me calmer, me sentir plus «groundée». La cohérence cardiaque peut s’avérer à être un outil précieux dans nos vies souvent stressantes. Elle peut s’appliquer merveilleusement bien au travail ou à la maison, et ainsi améliorer grandement notre qualité de vie, tant au niveau de notre stress que de nos relations professionnelles ou personnelles. Plus efficace que le simple «penser positivement», la cohérence cardiaque a des effets prouvés sur le cortisol (hormone du stress), le DHEA (hormone anti-vieillissement), et bien plus encore!

Les avantages de la cohérence cardiaque

Une pratique régulière de la cohérence cardiaque peut vous amener plusieurs avantages. Elle agit sur le système immunitaire, sur le vieillissement et évidemment sur le stress!

*Sur le système immunitaire, la cohérence cardiaque augmente la production d’Ig A, soit les anticorps de première ligne de défense.

*Au niveau du vieillissement, elle augmente la production de DHEA (déhydroépiandrostérone) ou hormone de l’anti-vieillissement.

*Au niveau psychique, elle réduit significativement la production du cortisol, l’hormone du stress par excellence.

De plus, elle contribue à rendre l’activité intellectuelle plus vive et plus efficace, et affine l’intuition. Avant de vous démontrer des exercices simples à appliquer, j’aimerais prendre le temps de vous expliquer d’où vient cette théorie.

Principes de la cohérence cardiaque

La base de la cohérence cardiaque est la variabilité cardiaque. En effet, les pulsations cardiaques ne sont pas égales, contrairement à la croyance générale. Lorsque vous avez un pouls de 74 battements/minute par exemple, cela correspond à une fréquence moyenne et non à des subdivisions égales. D’ailleurs, un cœur en santé est un cœur qui possède une durée changeante entre deux battements cardiaques. De plus, le cœur accélère pendant l’inspiration et ralentit pendant l’expiration. Aussi, la variabilité cardiaque ou variation de la fréquence cardiaque, peut se traduire de deux façons :

1) Une incohérence cardiaque ou chaos : soit l’alternance désordonnée de variations qui démontre l’incapacité du cœur à accélérer ou ralentir adéquatement.

2) Une cohérence cardiaque : soit une suite harmonieuse de variations, équilibre d’accélérations et de décélérations

Coherence-cardiaque

 

 

 

 

 

 

 

 

 
(source image : http://www.mentalactif.com/articles/la-coherence-cardiaque-un-coeur-qui-bat-au-bon-rythme)

La cohérence cardiaque est donc un état de souplesse et de variabilité harmonieuse du cœur. Le cœur a longtemps été considéré comme une pompe, dont la fonction circulatoire est d’amener le sang gorgé de molécules vitales (oxygène, nutriments, hormones, etc.) et de récupérer les déchets pour les faire expulser par les poumons. Toutefois, des découvertes tout autre ont été faites sur celui-ci : le cœur influencerait d’autres systèmes de l’organisme, et mieux encore, les émotions.

Le muscle cardiaque est relié au corps par deux liens : le système nerveux autonome et l’appareil respiratoire. Pourtant, le cœur demeure un organe autonome car même déconnecté du cerveau, celui-ci continue à battre! Il possède en effet son propre système nerveux structuré d’environ quarante milles neurones et génère lui-même ses impulsions électriques qui provoquent la contraction des muscles cardiaques.

Le système nerveux autonome quant à lui se subdivise en deux sous-systèmes : le sympathique et le parasympathique. Ceux-ci fonctionnent en antagonistes : alors que le premier accélère le cœur, le deuxième le ralentit. Le système sympathique augmente donc le rythme cardiaque, l’amplitude ou la force des contractions, alors que le parasympathique va freiner la fréquence et la force de ces mêmes contractions.

Autonomic nervous system regulation of the heart

Nerfs sympathiques et parasympathiques du coeur

(source image : http://encyclopedia.lubopitko-bg.com/Function_of_the_Heart.html)

Dès lors, on peut saisir que les états de cohérence cardiaque ou de chaos sont étroitement reliés au bon fonctionnement équilibré ou non des systèmes sympathique et parasympathique. Quand est-il des émotions? Eh bien, il a été démontré à l’aide d’études que l’état de chaos cardiaque était relié de façon très significative aux sentiments de colère, de tristesse, d’anxiété, très présents dans le stress. Alors que des sentiments tels de la gratitude, l’amour ou la compassion semblent augmenter l’harmonie du cœur.

La variabilité de la fréquence cardiaque est donc primordiale dans la régulation des émotions.

Et ici intervient la dernière donnée, à savoir la relation étroite entre le cœur et l’activité respiratoire. En effet, la respiration agit sur le système nerveux autonome : l’inspiration stimule le système sympathique, et l’expiration, le système nerveux parasympathique.

Ajoutez ensuite la force de la focalisation, soit la concentration mentale sur la respiration au niveau de la poitrine, comme dernier outil et vous obtenez les principes fondamentaux de la cohérence cardiaque!

Exercice de la cohérence cardiaque

Plusieurs techniques ont été développées par l’institut Hearth Math en Californie. (http://www.heartmath.org/)

Personnellement, je préfère vous apprendre une technique assez simple, inspirée par ces techniques, qui se déroule en deux étapes.

Première étape

Note : pour une première expérience, assurez-vous d’être dans une pièce qui soit tranquille où vous ne serez dérangé.

Expirer calmement et complètement tout l’air contenu dans les poumons Inspirer un peu d’air, sans forcer mais en le laisser entrer Conserver cet air un moment dans vos poumons Puis laisser échapper l’air librement, donc sans forcer Faites une pause de quelques secondes avant que la prochaine inspiration ne se manifeste par elle-même. Ceci ralentira votre pulsation cardiaque.

Deuxième étape

(Heart Focus) Tout en continuant de respirer de façon ample, focaliser votre attention au niveau de votre poitrine en haut à gauche, où se trouve votre cœur. Si votre attention bouge, ramenez-la doucement vers votre cœur.

(Heart Breathing) Maintenant que votre attention est focalisée au niveau de votre cœur, ressentez votre respiration comme si elle traversait votre cœur, en entrant et en ressortant. Personnellement, j’aime imaginer l’air de couleur bleue qui «colore» cette région de mon cœur. Vous pouvez trouver l’image ou le ressenti qui vous plait le plus.

(Heart Feeling) À présent, maintenant que votre cœur est revenu à une activité cohérente, ressentez le plaisir de respirer, en tâchant de vous connecter à cette chaleur expansive de votre cœur. Vous pouvez par exemple vous remémorez un souvenir très agréable, une personne que vous aimez tendrement, un endroit qui vous est très cher. Cette évocation de sensations et d’images agréables est la focalisation.

Voilà! Vous pouvez prendre votre temps pour chaque étape, et sachez que plus vous vous exercerez, et plus cet état de cohérence sera facile à obtenir!

Petit bonus : Je vous joins également une vidéo intéressante. Il s’agit pour vous de suivre le curseur qui monte et descend : lorsque le curseur monte, inspirez doucement, et lorsqu’il descend, expirez doucement également! http://youtu.be/zM2gq8kYKyE

Mon conseil : pour un effet optimal, faites l’exercice expliqué plus haut puis partez le vidéo! Voilà!

Je vous laisse donc à vos respirations harmonieuses et au plaisir d’avoir vos impressions, expériences et partages 🙂

CommentsCommentaires

  1. Laurence says:

    Merci pour cette méthode, je découvre la cohérence cardiaque et n’ai qu’une envie après un 1er essai suite à votre lecture : recommencer 😉
    Le bonjour de Toulouse, France !

    • admin says:

      Bonjour Laurence 🙂 Je suis enchantée de savoir que je suis lue en France!
      Oui la cohérence cardiaque est surprenante et à adopter quotidiennement pour un mieux-être et une meilleure gestion du stress de tous les jours.
      Merci de votre commentaire! Et excellente journée!
      Annie, La Fille du vent